Accueil » Bilan 2015 : Ils ont marqué l’année cinéma

Bilan 2015 : Ils ont marqué l’année cinéma

Clap de fin pour 2015… Une année moins forte cinématographiquement parlant que la précédente mais avec 130 films vus cette année (sans compter les reprises ni les films vus en Festivals et qui ne sont pas sortis dans les salles), je pense avoir de quoi vous faire de nouveau un joli bilan.

Pour commencer ce Bilan de l’année, revenons sur les réalisateurs, actrices et acteurs qui ont marqué l’année. Pas facile de faire des choix, j’espère néanmoins qu’on sera sensiblement d’accord, vous et moi.

 

6 réalisateurs

Réalisateurs 2015

Commençons par les metteurs en scène qui auront su nous captiver. À savoir Ron Howard, Alejandro Gonzalez Inarritu, Bennett Miller, Steven Spielberg, Matthew Vaughn et Joe Wright.

Injustement boudé cette fin d’année, Au cœur de l’Océan permet au discret Ron Howard de renouer avec le grand spectacle à gros budget. Si je n’ai pas été séduite par le parti pris visuel, j’ai par contre été bluffée par la mise en scène virtuose qui impose les Waouh au cours de nombreuses scènes.

Impossible de ne pas mentionner Alejandro Gonzalez Inarritu ici, lauréat de l’Oscar du Meilleur Réalisateur pour son très réussi Birdman. Grâce à son faux plan séquence de 2 heures, il a mis la profession a genoux. Une récompense qui vient saluer une filmographie sans fausse note.

Si Bennett Miller n’a pas eu la chance de décrocher l’Oscar pour Foxcatcher, n’oublions pas qu’il est reparti avec le Prix de la Mise en Scène au Festival de Cannes 2014. En créant une atmosphère oppressante et dérangeante, il parvient à faire de ce fait divers un véritable thriller.

Évidemment, Steven Spielberg est de la partie. Comment pourrait-il en être autrement ? Avec Le Pont des espions, il prouve que c’est toujours lui le patron à Hollywood. Ce fameux conteur d’histoire qui parvient à rendre captivante n’importe quelle péripétie.

Matthew Vaughn m’avait déjà épaté il y a quelques années avec Stardust mais il s’est surtout fait connaître du grand public avec Kick-Ass et X-Men : Le Commencement. Avec Kingsman, il parvient à faire un film d’action déjanté à l’humour so british et épate encore une fois par sa mise en scène dynamique.

Restons en Angleterre pour saluer le talent de Joe Wright qui, lui aussi, a vu son film se planter au Box-Office cette année. Pourtant, Pan est une merveille visuelle et prouve, une fois de plus, que Joe Wright est un grand réalisateur, capable de servir tous les genres de cinéma (de Reviens-moi à Pan en passant par Hanna).

S’ils ne rentrent pas dans ce Top 6, n’oublions pas pour autant les noms de Louis Garrel (Les deux amis), Asif Kapadia (Amy), Guillermo Del Toro (Crimson Peak) ou Anton Corbijn (Life) qui ont, eux aussi, su nous démontrer tous leurs talents cette année.

6 actrices

Actrices2015

Heureusement, les femmes sont là pour sauver l’honneur de la France puisque du côté des réalisateurs, pas un seul venait de l’Hexagone…

Commençons justement par parler des françaises. Cette année, impossible de passer à côté de la fraîcheur d’Isabelle Carré. Nous avons pu la voir dans 21 nuits avec Pattie, Les Chaises musicales ou Ange & Gabrielle. Si ces films ne sont pas inoubliables, une fois encore, le talent d’Isabelle Carré s’impose et démontre qu’elle fait bien partie des plus belles actrices françaises actuelles.

Oui, Marion Cotillard agace, parfois pour de mauvaises raisons mais concentrons-nous sur les bonnes. L’actrice française la plus reconnue au monde passe de temps en temps à côté de ses personnages mais n’oublions pas que quand elle est bien dirigée, elle est grandiose. C’est le cas cette année encore dans Macbeth de Justin Kurzel où elle campe une Lady Macbeth à la fois troublante et attachante.

Pour Camille Cottin, il y aura sans doute un avant et un après 2015. Au cinéma, on a pu la voir dans Les Gorilles, Toute première fois, Nos Futurs et, surtout, Connasse, princesse des cœurs où son humour fait encore une fois mouche. Ajoutons à ça le succès télévisé de Dix pour Cent et il parait désormais évident qu’on ne pourra plus compter sans elle.

Il n’y a pas grand chose à sauver dans Joy si ce n’est Jennifer Lawrence qui, malgré son jeune âge, est tout à fait crédible en jeune maman cherchant à monter son affaire. Cette année, la coqueluche de toute l’Amérique a également dû dire au revoir au personnage de Katniss Everdeen qui l’aura révélée au monde entier. Une année faste en somme, comme tous les ans et comme beaucoup d’années à venir.

Si la sortie du thriller Dark Places est passée quasi inaperçue, dans lequel Charlize Theron interprète une femme torturée, celle de Mad Max : Fury Road a fait exploser les compteurs et la performance de Charlize a marqué les esprits. Disons-le clairement, elle vole la vedette à Tom Hardy, le héros du film, c’est elle.

Tout comme Isabelle Carré en France, impossible de passer à côté d’Alicia Vikander mais à l’international cette fois. Si ça fait déjà quelques années que je surveille la progression de cette jolie suédoise, il semblerait qu’elle ait franchi un cap cette année. Ex-Machina, Agents très spéciaux : Code U.N.C.L.E., Mémoires de Jeunesse, À vif !, 4 films dans lesquels elle prouve une nouvelle fois qu’il faudra compter sur elle dans les années à venir.

Bien sûr, d’autres actrices mériteraient d’être citées mais impossible de toutes les caser dans ce petit Top 6. Je pense à Felicity Jones, qui rayonne malgré tout dans le désastreux Une merveilleuse histoire du temps, mais aussi à Marine Vacth, dont le retour sur nos écrans dans Belles Familles fait un bien fou et à Marina Foïs terriblement drôle dans le succès Papa ou Maman.

 

6 acteurs

Acteurs2015

Place aux hommes ! Cette année encore, pas facile de trancher parmi les grandes performances offertes aux spectateurs. J’ai globalement opté pour des acteurs confirmés qui auront su, de nouveau, toucher mon petit cœur.

Steve Carell a toujours été catalogué comique. Enfin ça, c’était avant. Ça fait quelques années qu’il tentait de décoller cette étiquette. Avec Foxcatcher, plus personne ne le traitera de petit rigolo. Justement nommé à l’Oscar, il terrifie en riche fanatique prêt à tout pour arriver à ses fins.

Vincent Cassel était à l’affiche de plusieurs films cette année : Enfant 44, Tale of Tales, Un moment d’égarement… Vous aviez oublié ? Moi aussi. Cette année, on se souviendra évidemment de la performance de Vincent Cassel dans Mon Roi. Une interprétation troublante et magnétique qui parait étrangement proche du comédien.

Au contraire, Tom Hanks sait se faire rare. Conséquence, à chaque film, on est très très content de retrouver ce grand acteur, d’autant plus quand il joue les héros américains comme dans Le Pont des espions. Le film doit beaucoup à l’aura de l’acteur, toujours aussi parfait.

Oscar Isaac s’est fait un nom grâce aux frères Coen dans Inside Llewyn Davis, depuis il multiplie les projets très différents, ce qui fait sans doute sa force. Fin 2014, il épatait chez J.C. Chandor dans A Most Violent Year, cette année, nous avons pu le voir dans deux films. Tout d’abord dans Ex-Machina, petit film SF intelligent dans lequel il joue un génie arrogant et bien sûr, dans Star Wars : Le Réveil de la Force, où il incarne le pilote Poe, un des meilleurs nouveaux personnages de la saga. Bref, on veut toujours plus d’Oscar.

Difficile à croire, pourtant, avant Cannes 2015, Vincent Lindon n’avait jamais reçu un seul prix. On comprend alors son émotion. Une récompense plus que méritée pour ce grand acteur français. Dans La Loi du Marché, il émeut par son interprétation sensible d’un chômeur en quête d’emploi. En route vers le César.

Matthias Schoenaerts est cet acteur belge dont tout le monde parle depuis Bullhead et De rouille et d’os. Si il était parfait dans ces rôles de brutes, j’avais un doute sur le fait qu’il puisse jouer autre chose. Et 2015 arriva pour me prouver que j’avais tort. Avec Loin de la foule déchaînée, Les jardins du roi et Suite française, l’acteur prouve qu’il est peut-être encore meilleur dans des rôles sensibles. Attention quand même à l’effet Kad (ne pas trop tourner pour éviter de lasser).

Ils ne rentrent pas dans le Top, mais n’oublions pas Bradley Cooper (qui a décroché son meilleur rôle avec American Sniper), Michael Keaton (pour son comeback réussi dans Birdman), Ryan Reynolds (brillant dans The Voices) et Jason Sudeikis (plus que charmant dans Jamais entre amis).

 

12 Révélations

Révélations Filles 2015

Zoom sur mes 12 révélations de l’année. Et comme on fait bien les choses ici, commençons par les filles. 6 vrais nouveaux visages cette année que je suis quasi sûre qu’on reverra très vite. À noter, l’absence de française (désolée).

Ouvrons le bal avec Raffey Cassidy, une jeune anglaise de 13 ans qu’on a pu voir cette année dans À la poursuite de Demain et qui vole clairement la vedette à l’actrice principale Britt Robertson (qui est d’ailleurs plutôt insupportable). Son joli minois et son air mutin la rendent mémorable. Espérons qu’on pourra la revoir très vite (rien de prévu pour l’instant).

Comment a-t-on pu passer aussi longtemps à côté de Rebecca Ferguson ? Cette trentenaire suédoise crève littéralement l’écran dans Mission Impossible : Rogue Nation et fait jeu égal avec Tom Cruise (ça, faut le faire). On appelle ça entrer par la grande porte.

C’est dans le percutant Mustang qu’on a pu découvrir la turque Güneş Nezihe Şensoy. Elle y campe le personnage principal, une jeune fille pleine de vie et un brin rebelle, prête à tout pour être libre. Et si le film marque de la même façon qu’un Virgin Suicides, on retient aussi bien le visage de cette actrice.

Toujours inquiétant de voir de jeunes inconnus propulsés en haut de l’affiche de films ultra attendus. Sûrement le traumatisme SW épisodes II et III / Hayden Christensen. On est ravi que, cette fois, Lucas, épaulé par Disney, ait eu le nez creux. Daisy Ridley, qui interprète l’héroîne Rey dans Star Wars : Le Réveil de la Force est tout simplement parfaite. Une nouvelle Keira Knightley la moue boudeuse en moins.

Ultra populaire outre-Atlantique mais inconnue chez nous, le débarquement Amy Schumer a fait l’effet d’une bombe. Avec son film Crazy Amy, cette blonde, nouvelle meilleure copine de J-Law, a réussi à féminiser le cinéma de Judd Apatow sans lui retirer ce qui en faisait sa force : son humour. Un carton plein et une intégration réussie !

Je suis passée complètement à côté du phénomène Dear White People qui m’a plutôt ennuyée qu’autre chose. Mais dans cette vague d’ennui, une lueur : Tessa Thompson, jeune femme au charisme évident et au visage familier (elle a joué dans pas mal de séries) nous tape dans l’œil. Vivement la suite !

Du côté des filles, n’oublions pas les autres suédoises Adrianna Gradziel, révélation de Toute première fois, et Johanna Lindstedt, la petite bombe du récent Le Nouveau.

 

Révélations Mecs 2015

On passe du côté des mâles. Encore une fois, une belle année pleine de nouvelles têtes.

Honneur aux jeunes talents français. Théophile Baquet, c’est la big révélation de Microbe et Gasoil. Ce jeune-là à une gueule de cinéma. Ça m’a sauté au visage à sa première apparition et ne m’a pas quitté depuis. Espérons que le cinéma français saura lui offrir des rôles dans les années à venir.

En voilà, une autre gueule de cinéma. Et celui-ci n’a pas qu’une gueule, il a aussi une voix, une diction, qui lui permettent un peu plus de se démarquer. Quentin Dolmaire a été choisi par Arnaud Desplechin pour camper son Paul, jeune, un sacré défi que le nouvel acteur a su relever avec brio.

Pas facile de ne pas se faire écraser par l’expérience de Colin Firth, c’est pourtant ce qu’est parvenu à faire Taron Egerton, jeune comédien anglais plein d’énergie, dans Kingsman. On a du mal à croire que ce soit un de ses premiers rôles tant il dégage de confiance.

Dans Dope, Shameik Moore faire rimer geek et afro-américain avec brio. Très jeune acteur (il a à peine 20 ans), il est épatant dans le film de Rick Famuyiwa et s’affirme sans doute déjà comme une icône de la nouvelle génération américaine. Impressionnant.

En début d’année, c’est Jack O’Connell qui crevait l’écran dans le Invincible d’Angelina Jolie. Cet anglais de 25 ans parvenait à porter à bout de bras un film à lui tout seul en passant par tous les états. Grand espoir du cinéma, on le retrouvera bientôt en tête du nouveau film de Justin Chadwick.

Et on termine en beauté avec Nat Wolff. Il était déjà l’un des interprètes de l’adaptation cinématographique du roman de John Green Nos étoiles contraires, cette année, il campait le personnage principal d’une autre adaptation de John Green (selon moi bien plus réussie) : La Face cachée de Margo. Par sa simplicité, il permet aux spectateurs de s’attacher en un clin d’oeil à ses personnages. Un bel atout.

Mais mais mais, n’oublions pas pour autant Rod Paradot, le favori pour le prochain César du Meilleur Espoir pour son rôle dans La Tête Haute, mais aussi Kheiron, qui prouve avec Nous trois ou rien qu’il peut faire bien plus long que du Bref ou Finnegan Oldfield, qui a les épaules larges dans Les Cowboys.

Et vous, quels réalisateurs, acteurs, actrices ont marqué votre année ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *