Accueil » Chocolat de Roschdy Zem

Chocolat de Roschdy Zem

Chocolat

Du cirque au théâtre, de l’anonymat à la gloire, l’incroyable destin du clown Chocolat, premier artiste noir de la scène française. Le duo inédit qu’il forme avec Footit, va rencontrer un immense succès populaire dans le Paris de la Belle époque avant que la célébrité, l’argent facile, le jeu et les discriminations n’usent leur amitié et la carrière de Chocolat. Le film retrace l’histoire de cet artiste hors du commun.

En plus d’être un très bon acteur, Roschdy Zem s’est révélé être un brillant réalisateur avec ses précédents films, Omar m’a tuer en tête. Il faisait partie des éléments qui donnaient franchement envie d’aller découvrir Chocolat, malgré sa bande-annonce qui puait le film français académique.

Le metteur en scène a su s’entourer d’un casting de haute volée. Outre le bankable (et donc la tête d’affiche) Omar Sy, on peut retrouver dans Chocolat Clotilde Hesme, Olivier Gourmet ou encore Noémie Lvovsky. Mais celui qui épate un peu plus que les autres, c’est sans doute James Thiérrée, petit fils de pourtant méconnu.

En regardant Chocolat, j’ai parfois eu l’impression d’être devant un téléfilm moyen. Et pourtant, plus le film avançait, plus il me captivait pour finir par me bouleverser. Et il a alimenté un long débat suite à la projection.

Son plus grand atout est sans doute d’être à la fois important/nécessaire qu’anecdotique. Chocolat a été un grand artiste de cirque du début du siècle qui a voulu devenir un grand artiste tout court mais la France n’était pas prête à lui offrir cette notoriété. Et peut-être bien que, lui non plus, n’était pas prêt après tout.

J’avais peur de découvrir l’histoire d’un martyr et j’ai été agréablement surprise de voir celle d’un humain, tout simplement, avec ses forces (son charisme, son talent) et ses faiblesses (son attrait pour l’alcool, l’argent, les jeux…). Un clown qui rêvait de faire pleurer mais pas que de rire. Si ses représentations ne l’ont pas permis, sa destinée, elle, est terriblement triste.

Finalement, je reproche essentiellement à Chocolat d’avoir visé trop large, et de vouloir remplir les salles à tout prix. Le film aurait gagné en envergure et en émotions en sortant des sentiers battus. Que de regrets…

Ma note :

One Response to “Chocolat de Roschdy Zem”

  1. Natieak dit :

    J’ai eu l’occasion de voir un petit reportage TV sur ce film. A vrai dire, cela m’a donné envie d’y aller. J’espère ne pas être déçue.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *